lundi 8 septembre 2014

cuisine Japonaise (1) - matcha et wagashi

Lorsque je suis partie pour mon premier voyage, j'ai bien sur eu droit à  " ha, mais tu vas manger des sushi matin, midi et soir"... euh.. de tout on premier voyage je n'ai pas mangé un seul sushi ( j'étais avec une copine qui n'aimait pas le poisson cru..). Et surtout pas au petit déjeuner.
J'ai mangé plein de choses, et certainement pas rien que des sushi et des sashimi. Du riz, oui, ça c'est sûr, on en mange beaucoup.
En fait je dois dire que lors du premier voyage, j'étais tellement absorbée par "tout regarder" que j'ai un peu oublié de photographier les spécialités...
Matcha ( ou maccha) et ohagi, pris dans un petit salon de thé du temple Kiyomizu, à Kyôto.

Le thé est assez épais, fait de poudre de thé vert amer, mélangé avec un fouet en bambou. c'est le thé de la cérémonie du thé. Pour contrecarrer son amertume, il est souvent accompagné d'un petit gâteau ou d'une confiserie. Ici, un ohagi (御萩), gâteau a base de riz et entouré de pâte de haricot rouge ( dont le goût me rappelle un peu la purée de marrons)
La recette du Ohagi, que je n'ai pas testé, mais vu le nombre de gens qui ont parlé cuisine sur la page du challenge des écrivains japonais, il devrait y avoir des amateurs.

J'ai depuis appris à me servir du petit fouet pour préparer le thé, sauf qu'évidemment je n'ai pas tous les ustensiles chez moi. L'an dernier j'ai pu assister à une cérémonie du thé en version " raccourcie" (la vraie dure .. très très longtemps, la dame qui la pratiquait nous a expliqué, en anglais, qu'à l'origine, il s'agissait d'une pratique de méditation zen, comme pas mal d'autres traditions japonaises, que ce soit le tir à l'arc, l'ikebana, la cérémonie de l'encens...)
La cérémonie abrégée avait lieu dans une pièce traditionnelle, la seule chose qui ait changé au fil du temps, c'est le foyer ménagé dans le sol, aujourd'hui remplacé par une plaque électrique pour des raisons évidentes de sécurité: faire du feu au milieu d'une pièce couverte de tatami en paille très inflammable n'est pas une excellente idée.




Cette fois, le thé était accompagné de très jolies petites sucreries dont j'ignore le nom.

Wagashi est le terme général pour ce genre se sucreries traditionnelles (ici ceux proposés par une célèbre maison qui a ouvert une succursale à Paris) mais je ne sais pas le nom exact de celui-ci. On était juste au début de l'automne et comme le décor, les tasses et les biscuits changent en fonction de la saison il ya des chances qu'il soit lié à l'idée de l'automne.
Chaque participant a pu préparer son propre bol de thé.

Tadaaaaaam!

Personnellement j'aime beaucoup ce thé, mais je conçois que son amertume et son goût très vert puisse rebuter les amateurs dee thé noir ( goût "infusion de pelouse" avait dit ma copine du premier voyage! )

Pour tout ce qui est thé, au passage, je vous renvoie sur ce site, j'avais copié les kanjis des thés qui m'intéressaient : j'ai ramené du Gyokuro qui est vraiment , mais vraiment excellent ( thé de luxe, quand même). Mais je n'ai pas que des goûts de luxe, hein, j'adore  le genmaicha ( thé au riz grillé) qui est considéré comme bas  de gamme. Par contre le mugicha (  l'orge grillée) non, il ne me plaît pas.


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire