samedi 4 octobre 2014

Hakuôki saison 1 ( Série d'Animation)

Une fois n'est pas coutume, une série d'animation récente.
Voui.
Que j'ai fait exprès de garder en réserve pour Halloween, car il va être question de samourai, de démons et de zombies/vampires, entre autres.
Tiré d'un jeu vidéo.
Le plus improbable possible.

Que je vous explique. Il y a de cela environ 2 ans, en trainant sur les forums de jeux vidéos, je suis tombée sur une chronique détaillée (ou plutôt un "let's play", une partie illustrée image par image par un jour, avec des commentaires souvent humoristiques) d'un jeu PSP intitulé Hakuouki. Dans un domaine qui n'est absolument pas le mien à la base: le jeu .. de drague. Oui, ça parait bizarre, mais celui là est à part, car au final le côté drague reste assez léger, et le joueur, un gars - donc a priori encore moins concerné que moi- était parti avec l'idée de faire une critique humoristique et s'est finalement tellement pris au jeu qu'il a finalement dit le plus grand bien de ce qu'il comptait moquer. Je le mets dans un coin de ma tête avec l'intention d'y jouer un jour, peut être, tant qu'à jouer à un otome game ( un jeu "pour fifille") autant que ça en soit un bien écrit. Mais il est sur PSP et je n'en ai pas.

GNUH?

Ah, mais oui, je vous vois venir: OUI, j'ai été la première surprise mais donc il existe un jeu vidéo de drague avec des samourai et des démons, et des zombies? Oui! Je vous rassure de suite, il ne va pas être question de draguer des monstres mangeurs de cerveaux qui sèment leurs membre aux quatre coins d'une ville .Et je suis sure que certain(e)s vont même le regretter :D

La communauté sur le forum est sympa, il y a un bon sens de l'humour.
Là dessus , automne 2012, je pars en voyage au Japon, et je tombe sur des affiches, des bandes annonces et même un pachinko décoré en référence à Hakuouki. Je croyais le truc ultra confidentiel, et en fait, non, c'est apparemment une énorme carton au Japon. Du coup, je me pique au jeu, je prends des photos de ces goodies à l'intention des gens du forum, et au final, je reviens avec 3 porte-clefs chibi samourai en souvenir de cette " quête" qui m'a quand même bien amusée.

Et en rentrant je découvre que non seulement la licence a été déclinée en plein de version , bien qu'un seul jeu ait été traduit en anglais, le reste n'est pas -encore- disponible hors Japon. Des goodies plus ou moins n'importe quoi. Et bien sur un dessin animé.


Je vous rassure de suite: l'histoire d'amour passe pas mal à la trappe, au moins dans la première saison, la série se concentre sur l'essentiel: blood and guts!
Ouééééééééééé!

L'histoire commence en 1864. On y suit Chizuru, une jeune femme originaire d'Edo qui arrive à Kyotô. son père un célèbre médecin est porté disparu et a été en dernier lieu vu à cet endroit là. Pour plus de sécurité Chizuru s'est déguisée en jeune garçon et armée d'un kodachi au cas où elle ferait de mauvaises rencontres. ce qui arrive dès les premières 10 minutes de l'épisode 1.
Attaquée par des bandits, elle ne doit la vie sauve qu'à un type aux cheveux blancs, au regard de dément, vêtu d'un haori bleu clair, qui se met a étripailler joyeusement les bandits - et à les bouffer, miam! - au clair de lune. avant de se dire que le gamin ferait un repas bien plus savoureux.
Et d'être arrêté aussi sec par 3 autres individus portant la même tenue bleue, qui se demandent que faire de Chizuru qui a tout vu, c'est ennuyeux, si ça se sait on est mal barrés, si on s'en débarrassait là maintenant, plus de témoins...
oui.. épisode 1. Donc je répète, c'est tiré d'un jeu.. pour nanas. Bon, on va dire Pegi 16 quand même.
Oui, c'est ce qu'on peut appeler une mauvaise journée.

Au final, l'un de ces 3 types tout aussi louches que les précédents pense que buter des civils comme ça, c'est mauvais pour leur image, et que c'est peut être une meilleure idée que le chef en décide lui même, hop on ramène le paquet au QG. La hiérarchie décidera. Quand on doit sa survie à une décision administrative, il y a de quoi s'inquiéter un peu, beaucoup, énormément.
non, je vous rassure, ce n'est pas ce que vous croyez. Juste la conclusion d'une très mauvaise journée.

La pauvre Chizuru se retrouve donc prisonnière d'un groupe particulier: le shinsengumi, une sorte de police spéciale, assemblée de bric et de broc, qui fait régner l'ordre dans Kyotô de manière assez musclée et souvent expéditive. Ce qui leur vaut une réputation assez peu flatteuse.

...et vu l'ambiance, c'est parti pour une autre mauvaise journée.
 Chance pour Chizuru, dont le déguisement n'a trompé personne, vu que c'est une femme, elle ne sera pas exécutée sommairement, et re-chance, il s'avère que le Shinsengumi recherche aussi son père qui a participé.. à des choses très louches dont le résultat est la création d'une unité de supersoldats qui tiennent à la fois des zombies et des vampires.
Elle va donc rester là et servir de bonniche d'aide de camp à tous ces samourai, dont certains semblent n'attendre qu'une occasion propice pour la trucider. Mais, bon, peu à peu, elle arrivera rester vivante, entière, et même à trouver sa place au milieu de tous ces gens. Et pas uniquement en faisant la tambouille ou la lessive, elle va gagner ses galons et le droit de patrouiller à condition de rester déguisée.

Je ne vais pas entrer totalement dans les détails, mais ce qui commence comme un dessin animé historique prend alors un tour plus fantastique: savant fou, expériences scientifiques ratées, intervention de démons.. sur fond de politique. SI! En élaguant tout ce qui peut être trop sentimental, et je ne vais pas m'en plaindre.
je vous rassure, elle n'est pas si gourdasse, si elle tient son sabre à l'envers, c'est pour ne pas blesser quelqu'un en s'entrainant, sauf que bien sur...
Je ne résiste pas à vous montrer la suite de la séquence d'entrainement.
non petite scarabée tu n'est pas encore prête. Si ça avait été un vrai assaillant, tu n'aurais plus de tête.
LE truc un peu dommage c'est qu'on commence avec une héroïne qui sait se battre et qui, bien que plutôt sympa, ne sert au final pas à grand chose, si ce n'est à apporter un regard extérieur sur ce qui se passe dans ce camp armé. Le contexte politique est aussi un peu trop vite survolé à mon goût, ce qui est un peu compréhensible, vu que l'anime s'adresse a des gens qui ont déjà une vague idée de la situation politique de leur pays, de la rivalité entre l'ancienne capitale et la future nouvelle, et de tous ces affrontements de bandes rivales. On aurait pu se passer du personnage principal et orienter l'histoire de manière plus politique, ça aurait aussi été possible.
Mais, schématiquement, dans l'idée des scénaristes je suppose que ça a été:  soit on garde le combo "monstres, politique et sabres" et on prend le risque de rater la moitié du public potentiel s'il n'y a pas au moins UNE nana à qui s'identifier, soit on axe plus " bons sentiments et cerisiers en fleurs", et on perd la moitié du public potentiel aussi. Le résultat est au final un peu inclassable: une série de baston contre des monstres, sur fond de guerre civile, dotée d'une esthétique shojô et d'une héroïne d'un intérêt presque secondaire. Loin de moi l'idée de m'en plaindre, hein, moins ça rentre dans une case, plus il y a de chances pour que ça retienne mon attention.

Au niveau décor, production, effet de profondeur, pas grand chose à redire, c'est une production récente, animation fluide, tout ça...


Mais une série animée qui part sur des faits réels, quitte à les tordre un peu pour intégrer les éléments fantastiques, ou a accorder un sursis à un personnage qui est réellement mort dans des circonstances peu héroïques...C'est une idée louable. En tout cas, je prends!
Depuis le début, je vous parle de zombies/vampires hé bien en voilà un...leurs caractéristiques étant d'avoir les cheveux blancs et les yeux rouges. De craindre la lumière. Et de perdre la boule quand ils ont la dalle. Un peu comme le lapin de Caerbannog. A fuir!
Le démon lui, paraît normal la plupart du temps, sauf quand il est très en colère.  Il a alors les cheveux blancs, les yeux jaunes et des cornes. Là ça craint. . A fuir!

Car mis à part les démons  et les zombies, oui, la toile de fond est historique: le shinsengumi a existé, les personnages sont inspirés de gens qui ont existé ( remaniés, quand même, parce qu'une tripotée de beaux gars, c'est quand même plus vendeur qu'une troupe de moches armés jusqu'aux dents), les événements rapportés ont existé...
Bon évidemment, moi, européenne, il a fallu que j'aille fouiller la toile pour me renseigner un peu plus, et c'est là que j'ai vu que l'animé a été généreux avec le physique de certains... Je vous conseille juste de ne pas aller chercher la photo d'époque du dénommé Saitô ( le type, un peu plus haut, le briseur de coeurs - à coup de sabre, celui qui manque faire perdre la tête aux filles - au sens le plus strict du terme) ça casse franchement le mythe.

Et je m'aperçois que j'ai  failli oublier celui là, ce qui est un peu ballot, parce que c'est quand même le personnage principal, et probablement la raison pour laquelle le scénario a dérivé en histoire de démons.
Ceci est un chef . Reconnaissable à son air perpétuellement grognon et à sa propension à ramener les règlements sur le tapis à tout propos, assortis de menaces diverses et variées en cas de manquement auxdits règlements. A fuir aussi!
Donc voici le principal personnage historique, Hijikata Toshizo, qui n'a pas spécialement un rôle central dans cette première saison, mais.. Le vrai Hijikata, vice capitaine du shinsengumi était surnommé par tout le monde " vice capitaine démon", tant son caractère épouvantable et son intransigence maniaque sur le réglèments étaient connus de la ville entière. Du pain béni pour un scénariste qui n'a qu'à extrapoler " et si on mêlait réellement un démon a l'histoire?".
Et pour l'anecdote, la deuxième raison de sa notoriété dans le Kyotô des années 1860, hormis son caractère de cochon, c'était d'être un Don Juan notoire qui avait une conquête dans chaque quartier. Vrai ou pas, ça reste à prouver. Faut dire que bon.. là je peux vous rajouter la photo d'époque sans risque.

Mesdames, je vous présente Mister Kansai 1864
Oui. Beau gars en vue. Même en faisant la tête. Je conçois sans peine qu'il ait attiré les regards de toutes les femmes du coin. Et probablement de quelques messieurs aussi, sans doute.
( Remarque sérieuse, j'adore ces anciennes photos, je ne m'en lasse pas, ça me fait toujours une impression indéfinissable de voir la tête de quelqu'un vécu il y a 150 ans. Pareil pour les photos de la conquête de l'Ouest, ça donne une réalité à cette époque à la fois proche dans le temps et lointaine au niveau de la technologie)

La série a quand même laissé cette deuxième réputation de côté. On peut saigner tout ce qui bouge, mais pas draguer ouvertement, même si quelques allusions sont faites à des soirées dans les quartiers des plaisirs.

Après ce n'est pas la première fois que je croise le nom du Shinsengumi et de ses représentants principaux ici ou là dans un manga ou une animation, apparemment c'est une histoire ultra connue au Japon ( on en parle entre autre dans un autre dessin animé, encore plus barré: Gintama, où cette fois, ce sont les extraterrestres qui déboulent en plein XIX° siècle. Ou dans Kenshin le vagabond, admirez ma culture " fifille").

Pour comparer, c'est  un peu comme si on sortait un jeu, un dessin animé et des goodies improbables autour de Vidocq et de sa police (euh, on a eu une série télé, un film pourri...) Bon, un peu comme si on faisait tout ça, en faisant combattre la police de Vidocq contre des démons et des zombies. C'est n'importe quoi? Oui.
Mais du n'importe quoi sympa et qui m'a amenée à me renseigner sur l'histoire et j'ai donc compris pourquoi déjà en 2007 j'avais vu dans les arcades marchandes de Kyotô des références visuelles à des tenues bleu ciel.

En fait, au delà, du dessin animé lui même ( il faut quand même une tolérance aux cerisiers en fleur sous la lune et aux cheveux qui volent dans le vent, et aux inévitables stéréotypes du genre: le type grognon, la mascotte qui parait avoir 12 ans, le type sympa, le dragueur, celui qui ne dit jamais rien..  pour apprécier. Mais là encore, c'est quelque chose qu'on retrouve dans quasiment tous les dessins animés où une bande de gens disparates s'associent), c'est l'époque mise en avant qui est intéressante: le changement de capitale, la guerre civile et la fin très proche de l'ère des samourai, qui sont déjà largement sur le déclin et vus comme des vestiges d'une autre époque par la majorité de la population. Et ça c'est intéresant. Je vais avoir du mal à trouver des sources en français sur ce sujet, mais oui, je vais chercher.

D'ailleurs, j'avoue: je repousse mon visionnage de la saison 2. Parce que l'Histoire vient me spoiler l'histoire. Spoil: Et vu ce qui s'est passé dans la réalité, je sens que ça va très très très mal finir, même sans l'aide de monstres.  Blood and guts, y'a des têtes qui vont tomber, et pas au figuré, préparez-vous mentalement, ça va être l'hécatombe..Fin spoil. L'Histoire est une garce.

Puis vous savez quoi, j'ai trouvé l'ensemble tellement sympa que j'ai craqué: j'ai commandé une PSP et le jeu en import. La découverte inattendue de ces derniers mois et d'autant plus que c'était parti pour être absolument pas mon rayon.

Donc pour les curieux, la série n'est pas licenciée en France, pour le moment, c'est sur les sites de streaming qu'on peut la trouver, traduite par des amateurs donc avec une qualité amateur, mais j'ai déjà vu pire, c'est déjà bien qu'on puisse avoir accès à des choses que les éditeurs officiels n'auront sûrement pas le courage de tenter de peur de se ramasser.
Pour l'instant , il y a 2 saisons de 12 épisodes, ce qui est court pour tout traiter, plus un préquel , et quelques OAV pour développer les personnages secondaires. Je vais donc voir ça dans l'ordre.
le challenge Halloween se balade au pays des Yôkai: samedi série avec des démons, des vampires et des samourai


Par contre, note pour moi-même, la prochaine fois que je parle d'un truc, quel qu'il soit, qui ait un rapport de près ou de loin à la culture otaku.. ne jamais oublier lorsque je cherche des images, l'existence de la règle 34 de l'internet.

2 commentaires:

  1. Je ne regarde jamais en streaming mais dès qu'il passe à la télé j'irais découvrir .

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. hoo je pense qu'il y a très très très peu de chance qu'il passe un jour en France ou qu'il y ait même un sous titrage officiel: ça n'est pas le genre des animes qui sont diffusés ici, on reste dans ce qui marche, le shônen de baston à ouat'mille épisodes,et comme les éditeurs ne veulent pas prendre le risque de tenter quelque chose de nouveau au risque de se gauffrer. Il y a quand même un contexte politique assez pointu qui a priori parlera peu aux européens, et je pense que ça n'est pas ce que recherchent les éditeurs européens. Enfin, mon but était plutôt de faire connaître justement quelque chose qui à peu de chance d'arriver ici. Vu que je l'ai découvert moi même par une succession de hasards. A moins d'être diffusé sur J-one (mais même là, j'ai surtout croisé du shônen) ou que Kazé décide de faire dans le différent pour drainer un nouveau public ( honnêtement je ne vois qu'eux qui pourraient tenter le coup)

      Supprimer