samedi 3 octobre 2015

Yamishibai saison 2 (animation)

J'avais parlé cet été de cette courte série ( 13 épisodes de 5 minutes) qui m'avait emballée, tant sur le fond que sur la forme.
Il me fallait bien la saison 2 pour oublier la déception du navrantissime Diabolik lovers.

Même principe ( le générique a changé de décor: le conteur masqué est parti raconter ses histoires macabres dans un autre quartier on dirait), toujours une animation minimaliste façon papier découpé, de courtes histoires mystérieuses, souvent axées sur les fantômes, revenants et démons. Les superstitions et légendes urbaines aussi sont mises à l'honneur.

En fait, les fantômes sont les manifestations de l'au-delà les plus courantes en Asie, pour une raison bien simple: la crémation est le mode le plus courant de funérailles: pas de cadavre conservé en terre = pas de cadavre qui quitte sa tombe. Donc les vampires, zombies et autres du même genre ne font pas partie du folklore traditionnel local. On y trouve des histoires de vampires en manga ou anime ( grrrrr non, je n'ai toujours pas digéré cette purge!), mais inspirés du folklore européen, avec les croix, les cercueils, les costumes européens et tout ce qui va avec. Par contre, un esprit n'a pas besoin de corps pour venir vous hanter.. ou pour hanter un objet ( souvent des poupées)


Et cette Deuxième saison reste très bonne, même si comme pour la première, certaines histoires sont trop courtes et manquent d'une vraie conclusion, ou font appel à des références culturelles qui m'échappent ( l'épisode 9 que je n'ai pas compris: une femme venue de la ville découvre un plat nommé " ominiesan" en déménageant à la campagne, la région entière semble en raffoler, l'apparence du truc l'écoeure. Je suppose qu'il y a un jeu de mot que je ne comprends pas sur le nom du plat. Le suffixe -san peut être, qui ne s'applique qu'à un être vivant. Mon interprétation personnelle est qu'elle imagine le plat vraiment vivant ou un ragoût de cannibale)

D'autres sont excellentes, j'ai vraiment adoré la 7° ( une machine à gacha qui rend des souvenirs oubliés à celui qui l'utilise.. au prix de sa jeunesse! ) ou la 10 ( que je déconseille vraiment toutefois aux insectophobes!)

Et toujours des références mythiques sympa: la femme du mur ( histoire n°4) est un yokai ( Jorogumo)

Le générique de fin me plaît beaucoup, la voix est bien crispante et pour cause, c'est une voix synthétique. Dans toute autre circonstances ça serait insupportable, mais là, ça cadre très bien avec l'idée de la série.
le conteur lui-même est-il d'ailleurs vraiment humain? on peut en douter, mais on n'en verra pas plus.
Le grand intérêt de cette série depuis le début est qu'elle ne cesse de jouer sur la suggestion de l'horreur ou de l'épouvante, plutôt que de montrer réellement, et ça j'adore. J'espère vivement une 3° saison, mais je n'ai rien trouvé pour le moment à ce sujet.

C'est toujours gratuit ( pour l'instant) et c'est ici que ça se passe

2 commentaires:

  1. Chouette....Une deuxième saison de ces petits bonbons acidulés au goût de sang!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je te dirais que j'aime beaucoup la voix de malade mental qui dit " oshimaaaaaai" à la fin de chaque épisode. a chaque fois, je fait mon meilleur sourire de sadique quand j'entends ça..

      Supprimer