mercredi 22 juin 2016

Comte Cain tome 1 et 2 - Yuki Kaori

Pour la journée BD du challenge Mois anglais, j'ai ressorti de mes cartons le tout premier manga que j'ai acheté. Hé oui, le temps passe.

Pas le premier que j'ai lu, remarquez, j'avais déjà auparavant emprunté les séries de mes cousins: City Hunter, Dragon Ball, Professeur Slump... vous voyez l'idée.
Mais je ne sais même plus comment un jour je suis tombée sur ce titre, et cet auteur,  mentionnés sur un site, et ça m'a bien tenté. Pour moi le Shojô se résumait à ses adaptations animées: des histoires souvent sentimentales, scolaires et.. bref, pas trop mon truc.
Or Kaori Yuki était l'une des premières mangaka traduite en France à explorer une autre voie: du shojô, oui, mais plutôt fantastique, glauque et tordu. Depuis d'autres ont suivi, mais le fait est là, pour mon premier shojô, j'ai directement tapé dans des histoires de poisons, de société secrète, d'enfant martyrisé, de détournement de mineurs et de meurtres à la pelle. Et, en parlant de pelle, on y déterre des cadavres assez régulièrement

La série compte en fait 14 tomes, mais je ne parle ici que des 5 premiers publiés sous le titre Comte Cain. Le dernier tome est paru en 1994 au Japon, mais restait en suspens. une suite de 8 tomes, God Child, a été publiée entre 2001 et 2004.. Donc pas moins de 7 ans entre la fin de la première partie et le début de la seconde, et en matière de BD ou de manga, ça se sent toujours énormément. Au niveau graphique: les premiers tomes d'une oeuvre n'ont souvent pas grand chose à voir avec la suite. Et là, on ne déroge pas à la règle, les dessins sont plutôt bons d'entrée, mais les personnages sont encore un peu raides, il y a peu de décors ( on est dans les premières oeuvres de l'auteur en plus).
Juste pour comparaison
Tome 1 de la première série ( je n'ai aps trouvé la couverture française en bonne qualité et je n'ai pas de scan ici)
Tome 1 de la deuxième série. Difficile à croire, mais il s'agit du même personnage, qui n'avait pas encore un design bien défini au départ.

Cette première partie est aussi plus axée sur des intrigues policières, où un jeune comte anglais de la fin du XIX° siècle  Cain Hargreaves, mène l'enquête sur des mystères qui se produisent autour de lui, impliquant des membres de sa famille ( il semble avoir un stock illimité d'oncles et de cousins), ou des amis. Mais on en sait toujours très peu sur lui même, tout ça sera développé dans God Child. Pour l'instant il semble orphelin, ou en tout cas, ses parents n'apparaissent que dans le tome 2.

D'ailleurs le tome 1 rassemble 5 histoires, mais Caïn n'apparait que dans 3 d'entre elles ( dont une très courte). Tout ce qu'on sait de lui, c'est qu'il est plutôt excentrique et passionné par les poisons qu'il collectionne ( et même cette caractéristique va peu à peu être gommée). Mais au départ, Cain qui va devenir le héros est presque un personnage secondaire de sa propre histoire, avec en tout ca un rôle passif de celui qui résout des énigmes presque par hasard. Heureusement qu'à l'époque j'avais trouvé les 3 premiers tomes en lot sinon, je n'aurais surement pas continué les histoires séparées qui le constituent ne sont pas franchement très originales et font référence surtout à la culture européenne qu'affectionne l'auteur ( Roméo et Juliette, Sherlock Holmes) et à des films et séries ( Twin Peaks ou les films d'horreur). donc pas de quoi fouetter un chat. Hormis le héros et Riff son serviteur ( j'oubliais le Rocky Horror Picture show), pas de personnage récurrent, tout le monde ayant une nette tendance à mourir très vite, et du coup, ça n'aide pas trop à accrocher.

Tome 2: voilà, on entre dans le vif du sujet, on en apprend un peu plus sur Cain: Sa mère est morte, son père est parti et n'a pas donné signe de vie depuis des années, et il a une demi soeur, Mary, qu'il retrouve par hasard, une gamine des rues qui vivote en disant la bonne aventure. Non mais rassurez-vous, par rapport à la suite, c'est la partie joyeuse...
Quand il avait 6 ans, sa mère ( sa belle-mère en fait) a essayé de le tuer. Son père,qui le battait comme plâtre sous l'argument " c'est pour ton bien, pour que tu aies le pardon de Dieu", a tenté de le tuer. Car Cain, non contnt d'avoir le pire prénom possible est en fait le fils de sa tante. Alexis entretenait une relation incestueuse avec sa soeur Augusta, devenue folle lorsqu'elle a eu cet enfant "maudit"
Quand je vous disais que ça allait empirer. Et ce n'est que la moitié du tome 2.
Pour faire court, disons que par la suite, Alexis, bien caché, va quand même tout faire pour pourrir la vie de son fils de toutes les manières possible, et essayer de le faire assassiner , mais non sans lui avoir donné un peu de répit, car en bon sadique, il préfère faire souffrir sa victime et la torturer mentalement au moment où elle se croit enfin tranquille. Ca ça va être la trame générale de toute l'histoire, alternant encore pour le moment avec des histoires d'enquêtes plus ou moins glauques ( plutôt plus que moins), basées sur des histoires issues de la culture britanniques ( Who killed Cock Robin, Humpty Dumpty, Plum Pudding song..) plus le conte du genévrier ( Frères Grimm)

J'avais oublié à quel point ces histoires étaient glauques. Pas l'histoire générale, ça je m'en souvenait, mais les petites histoires annexes. Qui sont systématiquement très saignantes, genre le Plum Pudding, où une petite fille est droguée par des gens de la haute société.. qu'elle massacre lors d'une crise d'hallucinations pour les dévorer. Vous êtes prévenus, ça ne fait pas dans la dentelle du tout!

Ces deux tomes sont malgré tout encore un peu à part des suivants, en ce sens qu'ils sont encore largement composés d'histoires indépendantes d'un chapitre chacune. Mais on commence dans ce second tome à avoir des personnages récurrents ( Mary et Riff), c'est bien appréciable. Le tome 3 si je me souvient bien, est une seule longue histoire de plusieurs chapitres, où l'histoire commence à prendre vraiment son rythme.
en tout cas, hormis le premier un peu plan plan, la série semble bien supporter la relecture, d'autant que j'avais beaucoup oublié, donc c'est une redécouverte assez sympa.
La suite à venir prochainement.

2 commentaires:

  1. Le tome 2 me fait envie
    Pourtant je ne lis pas de maga
    Merci

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. hé bien, de rien, euh.. Anonyme :D
      Ceci dit, je pense que dans ce cas, tu peux effectivement attaquer directement par le deux, puisqu'on apprend très peu de chose sur celui qui va être le personnage principal par la suite. Même si sa cousine ( qui est dans la toute première histoire) va être évoquée par la suite, dans God Child, on peut suivre le reste de l'histoire en zappant le premier tome.

      Supprimer