mercredi 6 juillet 2016

Akira ( long métrage)

Profitant de la rediffusion de ce célébrissime animé récemment à la TV française, j'ai pu le découvrir. En effet, j'étais persuadée de l'avoir vue, mais non, j'ai du confondre et ça s'est mélangé dans ma tête avec le manga qui en est à l'origine, et que j'avais , lui, feuilleté.

Mmmm comment dire, je me souviens que dans les années 80, il avait été une des principales oeuvres visées par les ligues genre Familles de France, pour sa violence extrême. Et peut être que c'était le cas en 88, mais depuis, on a largement vu pire...
Malgré tout, ce n'est effectivement pas pour un public jeune, déjà parce que oui, la violence, mais surtout les thèmes durs: les jeunes délinquants, la drogue, et les tests sur cobayes humains. Au delà de la violence, ça requiert de connaître un peu le manga.
Et comme la majeure partie des gens, je crois, j'adore cette moto futuriste!

Donc de quoi ça nous parle: de la destruction de Tokyo, par une bombe atomique en 1988. Sur ses ruines est reconstruite Neo Tokyo, ville gangrenée par la corruption et la drogue où des bandes de loubards à moto, désoeuvrés et bagarreurs font régner encore plus le désordre.


 Lors d'un accident, en tentant d'éviter un curieux enfant au visage de vieillard, l'un des jeunes motards, Testuo, blessé, est emmené par les autorités qui décident, après quelques tests de routine, d'en faire un cobaye humain pour un projet ultra-secret. Tetsuo a un potentiel que lui même ignore.
Pour moi la vraie violence est là, dans les tests sur cobayes non-consentants, plutôt que dans les futures colères cataclysmiques de Tetsuo

Ses copains, le chef de gang Kaneda en tête, tentent de le retrouver, mais Tetsuo réussit à s'enfuir et à revenir. Mais personne ne le reconnait: de plutôt discret et effacé, il est devenu instable, violent, et ne sait plus se maîtriser. C'est alors qu'il entend parler d'Akira ( c'est un peu l'arlésienne, on ne le voit jamais), mystérieux personnage dont l'existence même n'est pas prouvée, et que des sectes millénaristes érigent en sauveur. Comme Akira semble lié au projet dont Tetsuo a été la victime, il n'a dès lors plus qu'une idée en tête: trouver Akira qu'il pense être responsable de son état actuel.

et il n'est pas content du tout...
Et ça me désole de dire ça d'un dessin animé de SF: l'intention était bonne, mais... c'est très fouillis.
J'ai du aller voir le synopsis pour comprendre certaines choses et c'est logique: la publication du manga n'était pas finie lorsque l'anime a été réalisé ( par le même auteur, donc, déjà c'est une assurance qu'il a dit ce qu'il voulait et non qu'on ait dénaturé ses intentions), et apparemment les deux ont des fins très différentes. Mais voilà, visiblement le film s'adresse avant tout aux gens qui connaissent déjà les bases du manga et ne s'encombre pas d'une vraie présentation ( "gnéé, c'est qui lui? Et pourquoi cet enfant a une tête toute ridée de septuagénaire? et qui..."  vous voyez l'idée).

Et c'est le principal problème: il diverge de son support d'origine, mais requiert en même tempsde le connaître.
Et graphiquement ça a un peu vieilli, beaucoup de personnages se ressemblent un peu trop pour les différencier immédiatement.
Les différentes intrigues sont un peu précipitées, et tout le côté politique (les politiciens s'affrontent, entre ceux qui considèrent le projet Akira comme viable et potentiellement utile, et ceux qui n'y voient qu'une perte de temps et d'argent) aurait mérité un meilleur développement, pareil pour le groupe terroriste dont fait partie Kei, la fille qui a tapé dans l'oeil de Kaneda. Leur motivation n'est pas très claire, et le lien de Kei avec les autres n'est pas bien clair non plus.

Et à tout ça je vois une raison bien simple: le manque de temps. Comment faire tenir un manga de deux bons milliers de pages en un film de moins de 2h00? En élaguant et en supposant que tout le monde sait déjà de quoi on parle.
Ca c'était pour les points négatifs.

Il y a aussi des choses que j'ai bien aimées dans l'histoire et dans les partis pris de mise en scène: tout le côté " tests sur cobayes humains". Précisément, sur des orphelins, des loubards, des gens que personne ou presque ne regrettera, mais qui n'en sont pas moins humains : malgré tous ses défauts Testuo est un bon copain pour Kaori, une orpheline malmenée par les autres qu'il a pris sous sa protection, et n'hésite pas à se bagarrer pour empêcher qu'elle ne soit agressée.
La vraie violence est là, dans le fait de se servir de gens contre leur gré pour les jeter dès qu'ils sont inutilisable, dans le fait de laisser la délinquance s'installer, dans la corruption des politiques.

C'est vraiment le côté du film qui a le mieux vieilli  alors que les passages les plus purement grandiloquents ont eux, subi l'usure du temps, voire sont parfois complètement  à côté de la plaque dans leur exagération: le passage où Tetsuo va dans l'espace, hop, comme ça pour aller détruire un satellite m'a fait ricaner. Heu, je veux bien qu'il ait des nouveaux pouvoirs décuplés, mais ça reste un humain à la base, qui devrait cramer avec le frottement de l'air à l'aller comme au retour et mourir asphyxié hors de l'atmosphère. Je sais, je sais, " c'est de la SF". Oui, mais là, c'était too much pour moi, et ça m'a cassé l'ambiance en fait. Le côté super sayan passait pour Dragon Ball, qui était dès le départ, résolument irréaliste, beaucoup moins pour Akira qui part sur une base volontairement réaliste. Après, je sais qu'il y a des passages du même type dans le manga, même si je l'ai lu en diagonale, mais, je ne sais pas, je trouve qu'en version papier, ça passe toujours mieux.

 Alors que l'idée de base est une réflexion sur la guerre atomique, et que Akira ( et Tetsuo aussi) est une allégorie de la bombe. Si on fait une allégorie, il y avait moyen de rester un peu en dessous niveau effets spéciaux pour rester dans la subtilité de la réflexion.

J'ai bien aimé par exemple au tout début, la destruction de le ville: une explosion tellement énorme qu'elle se suffit à elle même visuellement, sans AUCUN bruit d'explosion. Ca c'était bien vu et du coup ça marque.

Ou ces enfants aux visages de vieillards, la gamine à tresses maquillée comme une mamie est absolument terrifiante rien que par sa physionomie. On dirait Bette Davies dans " Qu'est-il arrivé à Baby Jane?". Et qu'on se comprenne bien, cette étrangeté EST un des points positifs.
oui, elle est méga flippante.
 L'évolution de Kaneda aussi qui, partant d'un petit glandeur chef de bande, dragueur de filles, dévoile un certain sens des valeurs, et fait tout son possible pour aider son copain Tetsuo.

Ou encore l'apparence du fameux Akira, tellement loin de ce qu'espéraient les sectes. Ce côté dérisoire est aussi une très bonne idée.

Donc des bonnes choses, dont une influence visuelle majeure sur l'animation cyber-punk visible dans les plus aboutis Ghost in the Shell ou le tout récent Psycho Pass. 

Et lui même semble avoir une parenté avec Blade Runner...
Akira le film date de 1988, Blade Runner de 1982, Akira le manga de 1982.. difficile de savoir qui a influencé l'autre là...
 
Et d'autres un peu moins convaincantes: les effets faciles et grandiloquents qui au final desservent plus, en tout cas de mon point de vue, le propos, qu'ils ne l'appuient, et le manque de caractérisation des personnages et de leurs relations, par manque de temps. Du coup les personnages secondaires sont assez expédiés, surtout les seules filles présentes dans l'histoire qui auraient gagné à avoir un rôle plus important. Et même Tetsuo, qui est un loubard, mais sans qu'on n'en sache vraiment plus. Sa relation amitié/ rivalité avec Kaneda est évoquée, mais aurait mérité d'être creusée.
 Du coup, je ne serais pas contre un développement, par exemple en série animée, une dizaine d'épisodes auraient le temps d'approfondir et de mieux expliquer.

J'ai l'air critique comme ça, mais c'est une demie déception, parce que je sens qu'au delà des effets spéciaux, il y avait vraiment matière et potentiel à quelque chose de plus convaincant et je suis restée sur ma faim.

Enfin, ça pourrait être pire, genre: un rachat des droits par Hollywood pour en faire un film live avec des acteurs américains célèbres, ils sont en train de nous massacrer Ghost in the Shell (Et je ne parle pas du choix de l'actrice dont je me fiche éperdument, même si sa moue de fifille me parait mal convenir au personnage,  mais plutôt de la fâcheuse tendance double de Hollywood à "chochotiser" le scénarios et à remplir le vide par toujours plus d'effets spéciaux et d'improbables histoires d'amour).

Ne rigolez pas... un projet d'adaptation d'Akira est dans les tuyaux. Je le sens assez mal... Pour le coup, je pense que je vais plutôt aller lire le manga en entier en fait.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire