jeudi 12 octobre 2017

Vampire knight saison 1 ( série animée)

Il est temps de réveiller les morts et pour cette occasion, je ressors cette série qui a maintenant quasiment 10 ans d'âge.

Je l'avais a peu près oubliée d'ailleurs ( les seules choses dont je me souvenais c'est qu'une fois de plus les personnages principaux me gavent un peu - voire beaucoup pour Zero qui me les brise menu - et que j'avais préféré les personnages secondaires, surtout Yagari le chasseur de vampires dans la saison 2 parce que j'ai totalement adoré la voix qui lui a été choisie, mais là c'est une autre histoire)

Revenons à notre saison 1, qui met en scène un étrange campus, l'académie Cross. Etrange car deux types d'élèves y ont cours, à des horaires différents.
Les élèves de la Day Class, reconnaissables à leurs uniformes noirs à liserés blancs, ont donc cours le jour. Ceux de la night class ( même tenue, mais blanche bordée de noir) ont cours la nuit, et les deux groupes ne se croisent que devant la porte, au moment du changement.
Et pour cause, si les élèves du jour sont humains, ceux de la nuits sont des vampires.
Les deux "espèces" cohabitent donc, mais sans vraiment se fréquenter plus que quelques minutes. Il va sans dire que les élèves du jour ignorent totalement la nature de leurs camarades noctambules et les prennent seulement pour une sorte de groupe d'élite.

Cette disposition est une idée pour le moins surprenante de Kaien Cross, le directeur et Kaname, le .. disons plus ou moins chef des vampires, et un des seuls qui ait assez de maitrise et de tenue pour savoir se comporter en société. Il a donc choisi ceux de ses congénères qu'il estime les plus sociables pour essayer de prouver qu'humains et vampires peuvent coexister sans que les uns essayent de boulotter les autres et que les seconds ne tirent pas sans sommation sur les premiers.
Autant dire que ça n'est pas gagné, car même parmi les " jeunes" vampires triés sur le volet, certains iraient bien boire un cou(p) chez leurs camarades de jour.
Et si les élèves du jour apprenaient la vraie nature des autres, il y aurait de fortes chances pour que le rejet soit aussi violent qu'immédiat.

Pour veiller au grain, le directeur dispose de 2 atouts, ses enfants adoptifs, les seuls à connaitre la vérité sur les gens de la nuit: Yuuki, qui a failli être tuée à 5 ans par un méchant vampire et ne doit la vie qu'à l'intervention de Kaname, à qui elle voue une admiration sans limite depuis lors .

La série pourtant commence pas trop mal... une ambiance inquiétante dès les 2 premières minutes. Ca ne va pas durer hélas


Et Zero qui a lui aussi été attaqué étant enfant, et garde.. une dent contre tous ceux qui ont des crocs. Yuuki, d'expérience, pense qu'il y a des bons et des méchants chez les vampires comme chez les humains, mais Zero refuse cette possibilité.

On devine bien que cette situation risquée ne va pas aller sans heurts.

Cette série à quelques atouts, et beaucoup de défauts, ce qui explique qu'elle ne me soit pas beaucoup restée en mémoire.

Les atouts: j'aime bien les deux génériques que je trouve sympas, les costumes sont cools ( je les avais déjà vus d'ailleurs en convention et je me souviens que sortis du contexte cosplay, je trouvais les vestes plutôt classes. Pas portables au quotidien, mais quand même classes), il y a quelques passages un peu drôles ( même si trop récurrents et appuyés, un peu plus de subtilité aurait été mieux) qui se moquent de l'attitude totalement fangirls ( et un fanboy) des élèves de la day class. Le graphisme n'est pas renversant, mais reste généralement agréable, avec un petit côté clamp.

Ce qui pèche? Hélas, un peu tout le reste.

Yuuki pourrait être un personnage intéressant si elle n'avait pas la fâcheuse tendance à tomber dans tous les panneaux ( tellement peu discrets qu'on pourrait y coller une enseigne clignotante " attention piège!") et à tomber tout court, si possible pour s'égratigner à proximité des crocs d'un vampire affamé.*
Et doit donc attendre, quasiment à chaque fois que Kaname ou Zero viennent à sa rescousse.
Dommage il y aurait eu du potentiel avec elle, et sa fascination pour les créatures de la nuit, mais je la trouve mal exploitée.

le talent de Yuuki
Zero, je l'ai dit, me saoule au plus haut point. Pas tant le personnage d'ailleurs que le cliché du bad guy, sympa quand même dans le fond mais torturé par un inavouable secret qui le ronge et blablabla. Et le côté casse-bonbons torturé et mauvais caractère, c'est un peu léger et surtout vu et revu.

Il fait la gueule constamment, mais faut le comprendre s'appeler Zero, c'est se faire ridiculiser par sa famille depuis sa naissance. Même son frangin s'appelle Ichi ( Un) et un c'est toujours mieux que zéro.

Kaname aussi aurait un bon potentiel, mais qui n'est pas exploité assez à fond pour être vraiment intéressant. Un peu plus subtil que les deux autres protagonistes cependant.
Dommage, parce que ces 3 là occupent l'écran la majeure partie du temps et laissent peu de possibilités de développement aux personnages secondaires.

Toi, je te sauve, parce que ta première apparition est ambiguë et que sous tes airs sympa de presque grand-frère, tu pourrais fort bien être en train de penser à ton prochain repas

Dommage, j'aime bien la galerie des vampires secondaires, avec leurs pouvoirs variables ( un qui manipule le feu, un autre l'eau, une qui sait effacer la mémoire.. punaise, je les veux dans une équipe de RPG!)

accessoirement c'est l'occasion de montrer les tenues qui me plaisent bien: j'aime les fringues à décor graphique.

Mais le gros problème, c'est que la série ne trouve pas vraiment son ton, en tout cas, pas immédiatement: ambiance gothique, sombre, moments d'angoisse, qui sont malheureusement désamorcés par un humour un peu lourd (les fan girls, ça va une fois, pas 4 ou 5) et qui arrive souvent comme un cheveu sur la soupe alors qu'on attend les révélations sur la nature des vampires et leurs classe sociales et ce qui se passe si un vampire d'élite mord un humain - plusieurs cas de figure - sur la pilule magique qui transforme l'eau en substitut de sang permettant aux vampires de ne pas mourir de soif et sans mettre en danger quiconque ( mais qui est au sang ce que la grenadine est au Nuits-Saint-Georges), et même pendant une séquence de baston.

Donc un peu de baston, au milieu d'une histoire fantastique, avec des passages de comédie scolaire et une bonne (grosse) louche de romance tendance triangle amoureux pas forcément intéressante.
Indépendamment, ça aurait pu donner 4 séries différentes mais là, en tout cas au début, la série ne sait pas trop ou mettre les pieds, et les spectateurs non plus.
Ca s'améliore toutefois au fil des épisodes , et l'humour un peu trop présent (et relou) s'estompe pour laisser plus de place à la narration dramatique.
Mais nom de diable, l'inévitable épisode sur la saint Valentin et les chocolats... oui - à la limite!-  dans une comédie scolaire, mais non dans une histoire de monstres buveurs de sang
^$ù*=^! Yuuki, tu connais la nature de vampire de ton pote, ne lui offre pas de chocolat, offre lui du boudin, je suis sûre qu'il préfèrera.
Là, j'ai failli jeter l'éponge la première fois, mais j'ai tenu le coup grâce à l'équipe de vampires de second plan, qui m'intriguait un peu, et au fait qu'après 3 épisodes platounets, la série semble enfin se décider à assumer son côté sombre sans systématiquement tout désamorcer par une blague vaseuse.

Donc voilà, ça se laisse regarder, sans grande passion mais sans vrai déplaisir non plus, et pour peu que l'on tienne le coup, ça s'arrange malgré une première impression assez négative. Et de mémoire la saison 2 est vraiment meilleure (mais je ne vous conseille pas cependant de zapper la première car elle met en place des révélations qui manqueraient pour suivre la seconde)

Enfin, malgré tout, il y a un minimum de mystère et les vampires, même s'ils semblent sortir de jour et manger du chocolat (je ne m'en remets pas, bordel les gars, vous avez la solution pour ne plus vous faire flêcher à vue par les humains: grenadine et chocolat) ont le bon goût de ne pas scintiller au soleil, EUX,  j'dis ça je dis rien.

Et puis malgré tout, je vais être indulgente, entre temps j'ai vu le désastreux Diabolik Lovers auquel il manque un scénario pour lier les nombreux moment ou l'héroïne au Q d'huître se fait mordre.
Sifflez, j'm'en fous j'ai déjà été insultée ici par des fans de Diabolik lovers, incapables d'argumenter autrement que " tu comprends rien parce que c'est bien" je ne changerai pas d'avis.
Et, non, je ne me lasserai pas de dire tout le mal que je pense de ce qui est probablement la plus mauvaise série que j'aie vu ( à concurrence avec Amnesia, que je n'ai même pas finie, les deux se valent dans le ratage)
Et je vous donne même le lien où aller vous plaindre.

Vampire knight (d'ailleurs je pense qu'il y a une traduction un peu foirée, puisque l'épisode 1 est titré "la nuit des vampires": night et knight s'écrivent pareil en katakana, il n'est pas question de chevaliers ici, mais beaucoup de nuit) est loin d'être catastrophique, même s'il est un rien boîteux. Plutôt un "peut mieux faire".

*Accessoirement, il y a une faille scénaristique qui me pose problème, et on la retrouve dans quasiment TOUTES les histoires de vampires. Et attention, ce qu'elle implique n'est pas classe du tout:


Soit un ou des vampires capables de sentir à 300 m de distance l'odeur du sang d'une simple égratignure et qui deviennent totalement fous dingues dans cette situation.
Soit de l'autre côté du mur, environ une bonne centaine d'élèves, des filles de plus de 15 ans pour l'immense majorité. Et qu'est-ce qui se passe à peu près à cet âge là?
Bingo, le petit cadeau mensuel bien relou de dame Nature.

Vous le voyez le problème? En tant que nana (tiens d'ailleurs, c'est une marque ça...) je ne peux m'empêcher de penser que ma vie ne tiendrait qu'à un fil une semaine par mois, et en plus, comme il y a du décalage horaire à ce sujet de l'une à l'autre, les vampires devraient logiquement être surexcités H24.
Je l'avais dit, pas classe.

mardi 3 octobre 2017

blue exorcist tome 1 - Kato Kazue

Voilà un manga que je n'aurais pas spécialement tenté, si, un jour, le tome 1 n'avait pas été proposé gratuitement en intégralité sur support numérique, pour le faire découvrir justement.

Et c'est typiquement le genre de titre plutôt sympa, mais pas vraiment 100% convaincant , que je pourrais éventuellement continuer sur ce support, sans devoir lui faire de la place sur mes étagères.

Car oui, à la lecture de ce tome 1, il est donc sympa,mais pas inoubliable: un shônen assez classique, mêlant baston et humour, avec un graphisme agréable mais un peu impersonnel.


ouille, bon on va dire que les démons ont un squelette élastique qui leur permet ce genre de contorsions...

Ca commence donc au moment ou Rin, orphelin qui vit dans un pensionnat dirigé par un curé à poigne se retrouve contraint et forcé de bouger ses fesses de flemmards pour trouver un job, au lieu de continuer à glandouiller comme un parasite. Il n'est bon en rien, n'a pas de talent particulier, pas d'envie particulière, et a une nette tendance à chercher la bagarre.Tout le contraire de son jumeau Yukio, calme et doué pour les études qui espère devenir médecin.

Or des choses bizarres commencent à se passer autour d'eux... Rin ignore sa véritable nature: lui et son frère sont les fils de.. Satan, ouais rien que ça. Seul Rin, plus costaud physiquement a hérité des caractéristiques diaboliques deson paternel, qui arrive soudain en lui déclarant cash " appelle-moi Papounet" ( je crois que ça résume l'idée)
Lors de ce réveil, le brave curé - qui était en plus exorciste- passe Ad Patrès vite fait, mais a quand même le temps de donner quelques tuyaux à Rin, pas franchement heureux de cette parenté surprise.

Rin et Yukio vont donc se trouver confiés à un certain Méphisto Phélès directeur d'université au look excentrique, capable de se transformer en .. ce qui ressemble vaguement à un scottish terrier (gné?!)
Bon je ne le trouve pas en version manga, le voici dans toute sa glorieuse rositude en version animation.
"Je suis l'esprit qui toujours nie ; et c'est avec justice : car tout ce qui existe mérite d'être détruit, il serait donc mieux que rien n'existât" ( Faust)
....
Hahahaha, gentil toutou.


Rin a le choix: soit être buté de suite, soit être pour chassé et buté un peu plus tard. Il opte pour une troisième voie: devenir exorciste à son tour et utiliser ses pouvoirs de démon pour aller botter le cul à son diabolique géniteur et venger le curé. Un demi-démon exorciste... Mephisto accepte et conduit Rin le glandeur à l'université. Car l'exorcisme est une matière à apprendre et il va y avoir du travail pour un décrocheur comme lui.

Encore une fois à l'opposé de Yukio, bon en tout, qui maitrise ladite matière depuis longtemps et entre aussi à l'université, non pour apprendre, mais pour enseigner et diriger son frère. Rin était donc bien le seul à ignorer son pouvoir.

Des ados dotés de pouvoirs hors normes, d'un intelligence et d'une force hors du commun. Rien de ce qui m'accroche habituellement, et j'ai passé les 2/3 du livre à me dire "ouais.. bof".. jusqu'à la 3° histoire, qui voit arriver une petite fille nommée Shiemi possédée par un démon végétal.

Pour un passage en particulier qui m'a faite beaucoup, mais alors beaucoup rire. Et je me demande si c'était comme ça dans la VO, ou si c'est un coup voontaire ou involontaire du traducteur/adaptateur mais les gens de ma génération vont comprendre:

(Shiemi prise en otage par le démon qui menace de la buter)
Shiemi:Kyaaaaah
Yukio: je vais tirer dans le tas!
Démon: ça ne prend pas, tu bluffes
Yukio:qu'est-ce qui te dit que je bluffe?
Moi:il bluffe!
pas sûr...
si si, il bluffe, ça se voir tout de suite!
mmm il a pas l'air de bluffer là quand même!
on vote? Moi je vote et je dis "il bluffe".

En fait c'est juste parce que cette scène précise m'a rappelé cette autre scène précise que j'ai presque envie de lire la suite, juste pour vérifier s'il va y avoir une référence à un improbable duo de danse ou des cons de mimes (quoique dans le genre cirque, Méphisto, même quand il n'est pas sous forme canine, fait l'affaire).
Même s'il y a peu de chances et que la seule chose qui me soit restée en mémoire c'est parce que deux situations proches se sont collisionnées dans le LHC que peut parfois être mon cerveau

Mais bon, avec ou sans référence à la Cité de la Peur, je donnerai quand même sa chance au tome 2 à l'occasion, je ne juge jamais sur un seul tome.
Malgré tout, on est quand même sur du pur shônen, et c'est un peu moins mon truc que le Seinen en fait. A priori, trop classique à mon goût, ça aurait pu me plaire quand j'avais 15 ou 20 ans et peu de références manga. Je suis intriguée, mais pas séduite.
Pour le moment, il manque de quelques ingrédients: un poil de noirceur, un peu de cruauté, un enjeu un peu moins avoué que " je veux lui meuler la tronche". On verra si la suite creuse un peu, il y a un certain potentiel, reste à voir comment il sera développé.
( et pourtant même en shônen, il y en a qui m'ont accrochée dès le tome 1, quitte à me décevoir par la suite, parce qu'ils avaient le "truc" en plus qui les différenciait dès le départ. Je sens que Blue Exorcist manque de ce"truc" là)

dimanche 1 octobre 2017

ハロウィン!


Je vous l'avais dit le 15 août, mais je ne peux pas faire un mois Halloween sans retourner un peu du côté du Japon!

hoo que c'est bon de tuer une mascotte aussi tarte!

J'avais déjà dû le dire, mais on fête Halloween au Japon, et pas qu'un peu. En fait, basiquement, dès qu'il y a un truc à fêter peu importe lequel, les japonais sont là pour le réinterpréter à leur sauce. Si la fête n'a pas vraiment pris en France ( trop anglo-saxonne pour certains, et je me battrais toujours contre cette idée, alors que miiirde, les banshee, les lutins, les revenants n'ont pas de nationalités. Ou alors écossaise, non mais!)

En fait, lors d'un de mes voyages, en septembre, il y avait déjà pas mal de décorations aux vitrines des magasins, de déguisements dans lesdits magasins, d'annonces pour des Halloween Parties, des rassemblements de zombies, c'est à cette occasion que j'avais ramené un petit porte-clefs cercueil trouvé dans un gashapon à 100Y. Et si depuis j'ai su à quelle série décevante il est rattaché, pas grave, je le kiffe, mon porte-clefs, il me sert de tirette sur un porte-monnaie qui a perdu la sienne et fait pas mal son petit effet quand je paye dans un magasin, en général la personne à la caisse se marre. Une question de décalage entre mon apparence extérieure très neutre et la punkette qui sommeille en moi. L'habit ne fait pas la goule!

avant et après Halloween...

à Halloween!

Et donc, revenons en à Halloween au Japon: oui, il y a un côté fête commerciale, on tombe en pleine période de vide, donc les magasins en profitent ( pareil pour Noël que je déteste en Europe pour son côté gnangnan, ben là, enlevez tout ce qui à voir avec la religion, prenez le côté gnangnan et mettez le au carré...)
Et d'ailleurs lors d'un autre voyage en octobre-novembre, j'ai pu constater que ça va très, mais alors très vite: je rentre à l'hôtel le 31 au soir, décor de toiles d'araignées et de chauves souris partout - qui devait déjà y être depuis plusieurs semaines- je sors de l'hôtel le 1°novembre au matin: plus une araignée en vue. Mais un sapin géant déjà tout décoré de fausse neige dans le hall et des angelots en lieu et place des chauve-souris.

Sinon, je vous avais déjà parlé de l'étrange passion du Japon pour les kit-kats, à tous les goûts et de toutes les couleurs, ici. certains sont excellent, ceux aux maccha, aux agrumes ( insérer ici: triple coeur géant), ou cheesecake myrtille... tous ne sont pas cependant excellents.

Hé bien  lors de ce même voyage, j'ai eu l'occasion de goûter l'édition spéciale halloween, goût citrouille. Heu, pas terrible en fait. Ca a un goût étrange, mais si je n'avais pas vu l'emballage, j'aurais eu du mal à définir. apparemment, c'est même goût "cheesecake-citrouille"

image retrouvée sur le site France -Japon, on nous l'avait fait goûter dès notre descente de l'avion, et j'avais vraiment trop la tronche dans le pâté (végétarien au potiron) pour penser à prendre une photo. Mais je me souviens de ces citrouilles rigolardes kawaii.

Mais il y a aussi plus tôt dans l'année la tradition de O-Bon en été - si vous ne savez pas ce que c'est, je ne peux plus rien pour vous à part de vous dire " lisez mes billets des 3 dernières années, en juillet-août - et ses histoires de fantômes, donc sur ce coup là, c'est bien ancré dans la culture,  on aime se faire peur, et on le fait bien ;)
Et ce n'est pas moi qui vais protester contre 2 fêtes fantastiques dans l'année.

Nous voilà donc repartis pour un mois (et plus si affinités) en compagnie des sorcières et des monstres.

Alors pour commencer: un petit cours de vocabulaire sur Halloween
Vous n'aurez plus d'excuses pour ne pas savoir dire "sorcière", "loup-garou", "cimetière" ou " fantôme" :)

Et comme toute manifestation (occulte?) se doit d'avoir une bande son adaptée...
Une petite chanson  d'inspiration très Danny Elfman, extraite du "character CD" de Kuroshitsuji, qui nous dit en substance " C'est marrant d'être fossoyeur" ( les paroles sont traduites en anglais,  "je m'amuse avec les cadavres, pas besoin d'argent" ahem... je m'inquiète un peu sur les penchants chelous de notre ami à la pelle).


Bon pour vous rassurer, ou non, je peux vous dire que dans le manga, il s'amuse réellement au sens premier du terme: en jouant aux quilles avec un crâne dans sa boutique.

J'ai laissé le manga en suspens pour diverses raisons pendant longtemps, NocTenbule m' a donné envie de le reprendre cet été.
Et il se trouve qu'elle et moi avons un gros faible pour ce taré de fossoyeur, le personnage qui m'a le plus faite rire parmi une belle brochette de dingues patentés et ce depuis sa première apparition. Ce type est cinglé et la voix choisie pour le doublage colle excellemment bien à l'idée que j'en avais lors de ma lecture (Pour info, le même acteur doublait aussi Greed, un des homoncules de Fullmetal Alchemist qui avait un pouvoir bien classe!  Et dans un autre style, parce que je parlais de cette série récemment, sans m'en être rendu compte au départ: il double aussi Viktor, le russe sans gêne et un brin relou de Yuri on ice  Apparemment il s'est spécialisé dans les rôles qui vont d'"un peu timbré" à "complètement timbré")

Noc, ceci est aussi un clin d'oeil pour toi!

Le mois Halloween dure sur les forums du 1° octobre au 1° novembre,mais comme tous les ans, je pars en vacances loin à ce moment, je ne suis pas là ( mais vous pouvez me laisser un message après le gnihihihihi sonore), donc je décalerai un peu jusqu'à mi novembre.